Samedi, en début de soirée, Salah Abdeslam est arrivé en ambulance à la prison de Bruges où il a été incarcéré. Celle-ci était escortée de deux véhicules de police et d’un hélicoptère de la police fédérale, tandis que les accès à l’enceinte étaient quadrillés par un important dispositif policier. Il comparaîtra mercredi devant la chambre du conseil.

La journée de samedi de Salah Abdeslam : Peu avant 8 heures, Salah Abdeslam a quitté l’hôpital Saint-Pierre , où il avait passé la nuit en raison d’une blessure lors de son arrestation, vendredi à Molenbeek. Il s’est alors rendu dans les locaux de la police judiciaire fédérale à Bruxelles.

Vers midi, son avocat Sven Mary a indiqué qu’il collaborait avec la justice belge mais refusait son extradition vers la France , malgré un mandat d’arrêt européen émis par les autorités françaises.

A 16h, après avoir été entendu par les enquêteurs, Salah Abdeslam a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé pour assassinats terroristes et de participation aux activités d’une organisation terroriste . Une heure plus tard, il quittait les locaux de la police judicaire fédérale.

Vers 18h20, Abdeslam a donc été écroué à la prison de Bruges, en régime de sécurité « individuel et particulier ». Le département, où chaque détenu a donc un traitement individuel, est hautement sécurisé. Les cellules bénéficient de double portes, tout le mobilier est fixé au sol ou au mur à l’aide de boulons et est construit avec du matériel solide. La télévision se trouve quant à elle derrière du plexiglas. Par ailleurs, les objets de la cellule sont contrôlés quotidiennement pour éviter que le détenu ou une autre personne puisse se blesser.

View at DailyMotion