Il descend de l’avion, il embrasse la terre
à genoux sur le sol comme on fait sa prière
et même les officiels ne savent plus quoi faire
avec leurs vieux discours, leurs tenues militaires

Il arrive , il descend, il est là l’homme en blanc
Il embrasse les enfants que la foule lui tend
Dieu que la terre est rouge quand on le voit si blanc
comme un bateau qui bouge sur la marée des gens

Et les mots qu’il prononce dans les haut-parleurs
sont des coups de semonce qui leur vont droit au cœur

Il arrive, il descend, il est là l’homme en blanc
devant chaque visage il s’arrête un instant
et les grands des écoles chantent pour l’homme en blanc
ces vieux chants espagnols où s’engouffre le vent

Señor Jesus ten piedad de nosotros
Señor Jesus ten piedad compasión
Señor Jesus ten piedad de nosotros
Señor Jesus ten piedad compasión

Et même le plexiglas à l’épreuve des balles
ne le sépare pas des foules qui dévalent

Il arrive, il descend, il est là l’homme en blanc
son parcours est rempli par des milliers de gens
Dieu que la place est noire quand on le voit si blanc
comme une vague d’espoir où s’accrochent les gens

Et la vie qu’il annonce aux peuples à genoux
c’est comme une réponse qui les remet debout

Il arrive, il descend, il est là l’homme en blanc
Il poursuit son voyage infatigablement
Dieu que le ciel est bleu quand on le voit si blanc
comme un voile qui bouge sur la marée des gens

http://platea.pntic.mec.es/~cvera/hotpot/bachelet_lhomme_en_blanc.htm

View at DailyMotion