Hymne à l’apparition d’un moment de vie : réveiller ces anonymes d’un présent qui devient lointain et d’un lointain qui s’épanouit des ténèbres. Ces imprévus s’agitent lorsque, comme image subliminale, les temps et les mémoires se présentent.
2’35 de silence, afin de saisir l’amer et la saveur d’un instant volé aux souvenirs.
Silence lié à la mémoire, une victoire sur le temps.»

La collaboration avec le peintre Vincent Lambert met en évidence une conception de l’espace comme élément partenaire. Celui-ci, Totem en plexiglas peint, suscite une émotion forte laissant apparaître par transparence des fragments de silhouette.
La structure légère et fragile entre en mouvement dès lors que l’image projetée se fond à la peinture : démultiplication et absorption des images, superposition des corps. Le regard trouble, on navigue dans l’imaginaire d’un entrelacs sans début ni fin.
L’architecture de la pièce se fait et se défait, croule comme une vague, se brise contre elle même. Mémoire chaotique qui bascule le corps et l’esprit dans le temps.

Chorégraphie et mise en scène: Corinne lanselle
Interprète: Corinne Lanselle
avec la participation de Stéphane Fratti (projection vidéo)
DĂ©cors: Vincent Lambert
Création lumières et vidéo: Benoit Gardent

View at DailyMotion